+ 1 (707) 877-4321
+ 33 977-198-888

TASSILI - Magazine - Juillet -Août 2009

Ali EL HADJ TAHAR   : Layachi   Hamidouche  ,  L'homme face à son destin et au temps qui passe . Layachi Hamidouche
September 30 2009

 

*

TASSILI-MAGAZINE
Juillet - Août  2009

*


Layachi Hamidouche , Peintre

L'homme face à son destin


et au temps qui passe

« Une œuvre d'art est une entaille dans le tronc éternel du temps », dit Layachi Hamidouche. Quel que soit son auteur, l’œuvre d’art ne peut être plus que cela ; et c’est déjà beaucoup. Par le savoir et par l’art, l’homme se distingue de l’animal en aspirant toujours au meilleur, au beau. Cette recherche de beauté est fondamentale, même si elle n’est qu’une petite et modeste entaille dans « dans le tronc éternel du temps ». Dans son vœu d’être – durant sa vie – et de demeurer –après sa mort –, l’homme crée, invente, élabore. Liés à son instinct de survie, sa mission et son devoir d’humain lui imposent de laisser une œuvre qui le distingue des autres êtres vivants. L’art pose les questions et tente les réponses que l’humain essaie de donner aux grands mystères de l’univers. L’art s’inscrit dans cette perspective esthétique, qui rentre dans la quête millénaire de résoudre les grandes énigmes métaphysiques – sur la vie et la mort, l’avant et l’après, le grand et le petit, le mort et le vivant, le temps et l’éternité… C’est dans cette perspective que s’inscrit également la pratique de Layachi. Car sa peinture est plus qu’une recherche du beau, plus qu’une quête plastique et graphique sur une surface déterminée, plus qu’une expérimentation chromatique, plus même qu’un questionnement esthétique et technique sur l’espace du tableau, sur ses formes et ses dimensions ou sur le mystère de la perspective qui permet de rendre les différents plans d’une scène.


Paisible mélodie

Perspective binaire en rouge majeur

Évidemment, Layachi pose les questions fondamentales de l’art, questions que beaucoup de peintres contemporains, pris dans la fainéantise des modes, ne se posent plus, se contentant de répéter des slogans creux qui sous-tendent des œuvres tout aussi creuses. En revenant aux fondements de la peinture (le dessin, la couleur, la composition, l’harmonie, le rythme, la perspective), Layachi traite des problèmes essentiels, car toute peinture digne de ce nom se doit d’apporter du nouveau en matière esthétique et plastique. Dans cette perspective, il revisite la Renaissance – Michel Ange, Leonard de Vinci, Raphaël –, les classiques comme Frantz Hals, Vermeer de Delft et Rembrandt… Ce retour est productif dans la mesure où il s’articule sur une vision moderne qui permet de rentabiliser le passé au lieu d’en être un utilisateur passif. L’enjeu est justement d’essayer de trouver des réponses et des possibilités nouvelles dans l’usage de la perspective, de la couleur, de la composition, de l’harmonie... Revisiter l’histoire c’est également reconnaître, en toute humilité, la continuité de la pensée et de la sensibilité humaines depuis la nuit des temps.


La fenêtre étoilée

Souvenir sphérique du futur

Il y a chez lui du Fra Angelico, car les personnages de Layachi baignent dans une innocence et une douceur angéliques. On devine aussi un peintre comme Domenico Veneziano (vers 1400 - 1461), un italien dont le style se caractérise par une grande luminosité, l'emploi d'une palette de tons clairs et par la création de grands espaces. Comme certains artistes de la Renaissance, Layachi utilise des couleurs peu naturelles et une lumière très forte qui annule les ombres ou en accentue les proportions. Ses œuvres sont tellement imprégnées du passé, présent à travers un grand nombre de références et de symboles, mais ses scènes et ses situations semblent intemporelles et pourraient appartenir aussi bien à l'histoire qu’au présent ou au futur. Les frontières du temps y sont bannies, un peu comme dans la peinture religieuse. D’ailleurs, par certains aspects, cette œuvre se rapproche de la peinture sacrée orientale ou occidentale, dans la mesure où elle pose les questions de l’existence en des termes de croyant, pas en termes agnostiques. Il n’y a certes, chez Layachi ni anges, ni saints, ni madones mais son univers semble géré par une Force immanente, à laquelle et l’homme et les choses se plient.


L'avers de l'androïde

Si l’influence de Rembrandt est marquante dans son œuvre, il faut ajouter que la Renaissance tout entière y pèse, comme une humble reconnaissance   de l’importance de cette période pour  l’histoire de l’art depuis cinq siècles au moins. Layachi reste également marqué par des mouvements comme le symbolisme (Gustave Moreau, Odilon Redon…), les nabis (Bonnard, Vuillard ...) mais il s’inscrit dans une perspective plus large que chacun de ces mouvements, qu’il a certes assimilées mais pour produire un langage personnel qui synthétise sa sensibilité et sa connaissance propres. Il revisite aussi certains courants modernes comme le surréalisme, un mouvement qui s’articule sur la découverte du subconscient et fait ressortir cette partie sous-jacente de l’être et de la personnalité. Le surréalisme a apporté cette fonction que l’art actuel ne cesse de perpétuer. Une connaissance profonde de l’histoire de l’art est donc mise à profit avec intelligence et sensibilité, car il y a toujours à creuser dans le passé. Comme certains  peintres contemporains, Layachi y retourne et il semble être l’un des mieux inspirés et des plus puissants.

 


Transparence

Le rhomboïde

 

METAPHYSIQUE ET MATHEMATIQUES

Layachi pose des questions de plusieurs ordres, d’abord esthétiques et technique, puis philosophique et métaphysique : sur l’existence, sur la vie, sur le temps et sa relativité, sur l’espace, sur le visible et l’invisible, sur le réel et l’imaginaire. Il y a rarement plus de deux personnages dans ses toiles. Même quand ils sont deux, en train de jouer aux échecs ou de marcher, ils semblent isolés, engoncés chacun dans son univers mental. Parfois c’est une femme ou en enfant assis ou en train de marcher dans un immense espace, un espace qui symbolise l’existence même. Ce vaste espace, où l’humain est livré à sa grande solitude, rappelle les boulevards et les grandes places représentés par René Magritte, Chirico et Balthus. Dans cette immensité spatiale, solitude et silence font corps. Entrent alors en jeu les artifices et moyens inventés par l’homme pour rompre le silence et briser la stridence du vide : un jeu d’échec, un instrument de musique, un livre, un dé, la balance, le pendule, l’horloge, le cube, la pyramide… Des instruments dérisoires qui permettent à l’homme de ne pas se sentir seul dans le temps infinitésimal que la vie lui a destiné. Objets dérisoires et essentiels en même temps, tout comme la peinture et les autres outils qui nous aident à vivre et font passer le temps. Les images et les symboles de Layachi évoquent parfois le surréalisme dans la mesure où ils réfèrent au subconscient mais cette peinture n’est pas surréaliste car elle s’articule sur le conscient pas sur l’inconscient. Cette expression pourrait être plutôt rapprochée de la peinture de Gustave Moreau, même si les thèmes de Layachi n’ont rien à voir avec la mythologie et sont beaucoup plus vastes et riches.


Prélude en silence majeur

Portant une grande attention aux structures et à la physique, Layachi s'intéresse aux problèmes de la représentation du volume, du poids, de la pesanteur, du mouvement des figures… Il est certain que si les artistes de la Renaissance et les classiques ont abordé ces problèmes, ils ne leur ont pas tous trouvé des réponses. D’ailleurs, ces questions sont plus vieilles que cela en peinture et remontent à la préhistoire, depuis Lascaux, Altamira et le Tassili. Car les préoccupations des artistes ont toujours été de comprendre le monde qui les entoure, et celui-ci est fait d’abord et avant tout de formes dans l’espace, avec des dimensions et une durée. Dans cette quête, où Orient et Occident se rencontrent, Layachi rejoint les Arabes comme les Européens qui ont essayé de comprendre les règles générales relatives aux proportions, au rendu de l'espace, à la restitution des apparences de la nature, des dimensions...

« Les perspectives, les constructions géométriques, les cubes, les sphères, les cylindres, les pyramides sont des éléments propres aux mathématiques mais n’expliquent pas tout. Notre vision du monde est la résultante de tous les évènements qui constituent la trame de notre vie, de la naissance à l’instant présent, » écrit Layachi, qui rappelons-le fut un professeur de mathématiques. Son œuvre renvoie aux sciences, à la physique comme à l'astronomie, mais aussi à la métaphysique pour tenter une explication de la vie et de l’univers... Les symboles de ce peintre accentuent et précisent ces renvois, nous indiquant parfois un chemin de compréhension ou noyant encore l’énigme dans plus de confusion. Certes, la symbolique récurrente de Hamidouche est orientale, occidentale et méditerranéenne mais elle peut déborder vers l’Extrême Orient : chez lui, les civilisations se chevauchent, s’appellent l’une l’autre, dans un perpétuel brassage des cultures. De nombreux objets sont récurrents dans son œuvre, mais leur symbolique dépend du sens que chaque spectateur leur donne. Parmi ces symboles, il y a d’abord des personnages et des organes : la femme, l’homme, le vieillard, l’enfant, l’œil, la main. Il y a aussi l’arbre, la forêt, le chemin, le cheval, le château, les escaliers, la clé, la chaise, la balance, le pendule, l’horloge, le cube, le cube ailé, la sphère, la sphère ailée, la pyramide, la guitare et le jeu d’échecs, dont la symbolique est presque identique dans toutes les civilisations avec quelques variantes locales. Chez Hamidouche, la symbolique procède d’un langage qui aspire au dépassement des spécificités locales dans une volonté d’élévation à l’universel. Parce qu’elle est une puissante expression du local, cette symbolique est d’une densité et d’une force
universelle.


Le grand échiquier

Ici, les symboles ne sont pas restitués tels quels ou dans un langage au premier degré mais combinés d’une façon poétique et inattendue qui donne cette densité polysémique à l’œuvre. La peinture de Layachi est alors élaborée comme un livre interminable dont les chapitres sont des toiles qui naissent au fur et à mesure. La présence de la guitare et de l’échiquier dans plusieurs tableaux est un vestige du temps considérable qu’il a consacré à la pratique de cet instrument et de ce jeu. « Dans le jeu d’échecs il existe des milliards de variantes possibles entre le premier et le dernier coup d’une partie. Une ou plusieurs vies humaines ne suffisent pas à les noter toutes, » écrit Layachi. Quelle piste suivre dans la vie, quel chemin emprunter ? Le hasard et le destin se conjuguent dans l’existence, semblent indiquer les différents symboles de la toile.


Joueuse de luth au coffret

Les objets et personnages sont dans des situations et des environnements « irréels » ou « proches du rêve ». Mais ces scènes sont-elles si irréalistes et imaginaires que cela ? Comme dans le rêve, les images et symboles de Layachi ne reproduisent pas des visions connues : ils produisent des sensations et des situations qui basculent l’esprit dans une démarche de questionnement et de quête, une démarche qui indique que d’autres logiques sont possibles, qu’il faudrait peut-être  accepter d’autres dimensions comme probables. Est poétique cette peinture qui autorise d’y voir les allégories et les symboles que nous souhaitons. Ainsi, l’arbre qui est au centre de l’œuvre est représenté comme un tronc avec ou sans ses branches. Cet arbre peut être perçu comme vivant ou mort, selon l’appréciation de chaque spectateur. Il symbolise donc à la fois la vie, la solidité, la structure et l’enracinement à la terre, comme il représente la mort si on n’y voit qu’une souche.

Cette peinture est une méditation profonde sur l’Homme dans sa grandeur et sa petitesse, l’homme dans l’Espace, face au Temps et aux questions fondamentales qui le taraudent et auxquelles ils ne trouve pas de réponse : d’où vient-on ? Où va-t-on ? Pourquoi est-on ?


Gravité relative

Ponctuée par des œuvres puissantes, les plus puissantes de l’art algérien, cette peinture est aussi faite de chef-d’œuvres, un terme que j’emploie pour la première fois au sujet d’un artiste national. Cette peinture articulée sur une grande culture, il serait plus juste de la rapprocher du réalisme merveilleux tel que nous le connaissons dans les romans de Marquèz , d'Alejo Carpentier, Carlos Fuentes, Julio Cortàzar, Mario Vargas Llosa ou Boudjedra. Elle possède une même force de l’imaginaire, une même densité  symbolique , une polysémie du langage, une beauté qui allie mystère et profondeur, où le sens évident est traversé par d’innombrables significations possibles. Dans cette expression, il y a du fantastique, du baroque et du merveilleux, au même titre que ces caractéristiques se retrouvent dans l’œuvre littéraire des écrivains cités plus haut. A cela, il faudrait ajouter une dimension métaphysique qui est chez Layachi et qui n’est pas chez ces auteurs. Par contre, il n’y a aucune allusion à la politique ou à l’idéologie dans l’œuvre de notre peintre qui s’intéresse à l’Homme, pas à la société ni à ses problèmes de survie et de quotidien. Chez lui, il ne s’agit pas des angoisses des individus, ni des joies de la vie, ni des anxiétés psychologiques ou des privations physiques ou morales, mais d’un questionnement beaucoup plus profond sur le sens même de la vie : comment sommes-nous dans ce monde et cette existence, pourquoi sommes-nous ?

Ponctuée par un puisant lyrisme, cette œuvre majeure de la peinture algérienne laisse aussi transparaître un peu de mysticisme. Evidemment, Layachi est un grand lecteur, un avaleur de romans et, comme on le devine, un dévoreur de livres de science fiction. Sa grande culture et sa sensibilité apparaissent aussi dans ses titres : Le triangle orthique, Impérissables écumes des ombres, A l’ombre des lumières bienheureuses, Au seuil des joies tétraédriques, Extase en rouge majeur, Naissance et agonie des instants… Layachi travaille à l’huile, à l’acrylique mais réalise aussi ses peintures sur ordinateur.

Ali EL HADJ TAHAR

Ali  EL HADJ TAHAR
Peintre , Poète
http://www.elhadjtahar.com/

Sites Web : http://hlayachi.site.voila.fr/index.html

Sur ArtsCad : http://artscad.com/A.nsf/P/LayachiHamidouche

Diaporama : http://ArtsCad.com/Visual/LayachiHamidouche

Sur You Tube : http:/youtube.com/watch?v=b3e7DSbep3w

Sur Second Life : Layachi Ihnen
Accès direct (Après inscription) :http://slurl.com/secondlife/Admicile2/154/153/28

* * * * * * *




Artworks Styles : Contempory - Surealism - Symbolism - Visionary
Artworks Topics : Contempory - Surealism - Symbolism



You don't have flash installed.
EMAIL- EMAIL- EMAIL- EMAIL- EMAIL- * A
File Attachment Icon
T-38076.jpg