+ 1 (707) 877-4321
+ 33 977-198-888

Interview - ArtistOrama

Propos recueillis par Eric Vançon - artistOrama © JANVIER 2003 Layachi Hamidouche
March 11 2005

artistOrama > Interview > Layachi Hamidouche

 

Layachi Hamidouche
Peintre

Un étrange voyage mystique

 


Cette nouvelle année 2003 est placée sous le signe de l' Algérie : la France rend hommage à ce pays à travers diverses manifestations... c' est l' occasion pour artistOrama d' inviter l' un de ses représentants artistiques ...

Layachi Hamidouche, peintre algérien de la région d' Annaba, vous initie à son univers à la fois étrange, énigmatique et mystique...

*******

artistOrama " Layachi, vous êtes le premier artiste étranger à vous exprimer dans cette rubrique 'interview', et c' est avec un immense plaisir que nous vous accueillons sur le site artistorama.com .... avant de commencer et de nous consacrer à votre travail, pourriez-vous décrire succintement et nous parler de l' environnement et du développement artistique en Algérie ? Les institutions algériennes sont-elles comparables à celles que l' on trouve par exemple en France (écoles artistiques, associations, académies ... ) ? "

Layachi Hamidouche

" Je tiens à vous assurer que ce plaisir est réciproque.

L' Ecole Nationale des Beaux-Arts et ses annexes régionales , des musées dont le plus important le Musée National des Beaux-arts et des associations culturelles entretiennent tant bien que mal une vie culturelle et les signes d' un renouveau sont perceptibles.

Malgré l 'insuffisance des structures liées à l'art (Galeries , Festivals, Musées , ...) des peintres algériens ont acquis une reconnaisance internationale. Je vous invite à visiter l' exposition : M'Hamed Issiakhem, Kateb Yacine et Khadda Paris Unesco, salles Miro 1, 2 et 3, jusqu' au 27 février

Pour plus d' information sur cette exposition et les autres expositions d' artistes algériens , vous pouvez consulter le site officiel de l' année de l' Algérie en France. Je vous invite aussi à visiter Planet-Dz qui est un site très riche en informations culturelles sur l' Algérie : http://www.planet-dz.com "

artistOrama " Consacrons nous à présent à votre travail ... en parcourant l' ensemble de vos oeuvres, on est imprégné de cet univers à la fois traditionnel, énigmatique, mystique, symbolique... votre parcours artistique a t-il été influencé par votre parcours professionnel où vous étiez professeur de mathématiques ? "

Layachi Hamidouche

" Probablement . Les perspectives , les constructions géométriques , les cubes , les sphères , les cylindres , les pyramides sont des éléments propres aux mathématiques mais n' expliquent pas tout . Notre vision du monde est la résultante de tous les évènements qui constituent la trame de notre vie , de la naissance à l' instant présent . Par petites touches successives nous sommes, en quelque sorte , programmés. Des informations sont gravées dans les couches superficielles ainsi que dans les profondeurs obscures de notre conscience et modèlent notre comportement.

L' oeuvre d' art est le jaillissement de ce long fleuve intérieur qui s' est imprégné de ces évènements , qui a longtemps dévalé les rochers abrupts et les vallées paisibles de l' âme . Ce jaillissement prend autant de formes qu' il existe d' arts . Pour la peinture en particulier , il se présente comme une association de formes et de couleurs qui ne nécessite ni description ni explication . Il ne faut pas attacher trop d' importance à ce que disent les peintres qui " expliquent " leurs oeuvres , car en essayant de traduire le langage propre à la peinture en paroles , ils dénaturent la communication qui s' établit entre l' oeuvre et celui qui la regarde . Cependant on ne peut imaginer un peintre muet face au spectateur qui le questionne sur son oeuvre . La conversation , les commentaires , les impressions , même s' ils ont pour référence l' oeuvre , ne sont en réalité que l' expression d' une affinité ou , à l' inverse , d' un antagonisme entre les sensibilités du peintre et du spectateur.

Quant à l'oeuvre , dès sa naissance , elle échappe à l' emprise de son créateur et mène une existence totalement autonome . Effectivement , elle est l' émanation de " cet univers à la fois traditionnel, énigmatique, mystique, symbolique " , mais elle ne peut vivre que grâce à ceux qui la regardent et qui peuvent aussi bien l' apprécier ou la detester . Un peintre condamné à vivre jusqu' à sa mort dans une île déserte et assuré que ses oeuvres disparaîtront avec lui , peindrait quel tableau ? Nous consacrons notre vie à trouver des explications à des multitudes de situations mais nous n' apportons aucune réponse aux deux ou trois questions essentielles , dont même la formulation nous échappe , et autour desquelles s' ordonne ou se brise notre existence. 

 A propos d'influence, vous avez certainement remarqué la présence du jeu d'échecs , de l' échiquier dans certains tableaux . Cela est un vestige du temps considérable que j' ai consacré à la pratique de ce jeu . Je vous livre une réflexion dans ce domaine : Dans le jeu d' échecs il existe des milliards de variantes possibles entre le premier et le dernier coup d' une partie. Une ou plusieurs vies humaines ne suffisent pas à les noter toutes . Mais si on supprime le facteur temps , il est possible de le faire . Donc ces variantes existent toutes , et , ce qu' on appelle la créativité du joueur n' est que son aptitude à se frayer un bon chemin dans cette forêt inextricable de variantes en fonction de ses facultés de prévision et de son tempérament.

De même en peinture , il existe une infinité de manières possibles d' élaborer un tableau . On est tenté alors de comparer les différentes étapes de l' éxécution d'un tableau au déroulement d'une partie d' échecs . Et de nous poser la question : Toutes les oeuvres que nous connaissons et celles qui ne sont pas encore nées ont-elles existées et existent-elles déjà dans une dimension qu' il nous est difficile de concevoir ? La créativité du peintre , alors , ne consisterai qu'à se frayer un chemin dans cette immense labyrinthe en se laissant guider par sa sensibilité et sa perception . "

 

artistOrama " La facture, la construction et l' exécution de vos oeuvres semblent être influencées par des mouvements artistiques comme le symbolisme (Gustave Moreau, Odilon Redon..), les nabis (Bonnard, Vuillard ...) ou le surréalisme (Salvador Dali, Magritte ...). Partagez-vous cette idée ? "

 Layachi Hamidouche" Absolument. Je ne crois pas qu' un peintre puisse expliquer son style et sa manière de procéder dans l' exécution d' un tableau . Tout au plus peut-il indiquer qu' à l'origine de sa découverte de la peinture , il a été influencé par certains peintres qu' il a commencé par imiter puis comment ce que l' on appelle son style propre s' est progressivement ( ou rapidement ) substitué à cette imitation . Vous avez bien situé ces influences dans le domaine du symbolisme et du surréalisme sans oublier CHIRICO; je vous parle de CHIRICO d' avant 1912 date de son renoncement à la période dite métaphysique . A ces influences , j' ajouterai des interférences expressionnistes notamment celle de Edvard MUNCH et la résurgence dans quelques tableaux de certaines formes de Mohammed KHADDA , peintre algérien . Mais à l' origine il y a eu REMBRANDT qui est en peinture ce que DOSTOIEVSKI est en littérature : tous deux ont fouillé l' âme humaine . On peut " sentir " l' oeuvre qui va naître et tenter de planifier les étapes de son exécution mais le moment ou les moments cruciaux et les plus importants de son élaboration sont les " incidents " imprévus qui nous font dévier de la route tracée .

Ces moments imprévus et imprévisibles ne sont pas tous captés par le peintre . Seuls quelques uns imprègnent de leur furtif jaillissement cet état particulier que l' on appelle inspiration . Ainsi l' oeuvre est non pas " un achèvement mais une naissance . Elle a surgi . " Comme dirait MALRAUX . La démarche créatrice se confond toujours avec la liberté . Liberté absolue parfois troublante dans l' agencement des éléments constitutifs du tableau , le choix et l' assemblage des couleurs , la déformation des corps , des objets , la destruction puis la recontruction du réel . Liberté qui sera finalement engloutie dans l'océan des sentiments contradictoires qui existent en chacun de nous , pour émerger dans un monde unique et original : celui du peintre .

Vous constatez que ce langage n' est pas loin de celui que tienne les surréalistes . Le peintre et tous ceux qui pratiquent un art ont cette possibilité offerte par la nature de pouvoir montrer à leurs semblables une parcelle de leurs univers , et ce faisant , provoquer chez le spectateur , qui y perçoit un écho à son propre monde , une sorte de résonance (ce terme désigne en physique un état particulier lorsque deux fréquences sont voisines ) qui amplifie la perception des choses et élargit le champ de la conscience sans que ne soit necéssaire une explication ou un commentaire , vaines tentatives de traduire avec des mots un langage complexe dont les constituants sont des formes et des couleurs . "

 

 artistOrama " Les titres participent également à l' univers énigmatique et mystique de vos oeuvres : ils font appel à la fois aux sciences, aux mathématiques, à la physique, à l' astronomie, à la mythologie, ou même à la métaphysique ... Comment procédez-vous pour le choix de ces derniers ? Sont-ils définis une fois l' oeuvre terminée, ou sont-ils au contraire la source de la base créative ? "

Layachi Hamidouche " A l' exception de quelques tableaux dont la conception , la réalisation et le thème sont bien définis dès le départ , les titres sont attribués une fois l' oeuvre terminée , parfois longtemps aprés . Ils sont souvent choisis en raison de la présence dans l' oeuvre d' un élément caractéristique comme " Le ruban de Möbius " que l' on voit effectivement en bas du tableau , ou " Le triangle orthique " bien visible dans le tableau qui porte ce nom , ou encore "La Voie Lactée " , terme utilisé en astronomie et qui désigne la grande diagonale blanche dans l' échiquier figurant au bas du tableau . Mais ces titres et leur relation plus ou moins apparente avec un détail de l' oeuvre ne sont pas une clé indispensable pour sa lecture . Pour certains titres plus longs , la combinaison puis l' arrangement des mots qui les composent constituent un exercice dont la solution est souvent remise en question et analysée jusqu' à son acceptation . Cependant quelle que soit sa simplicité ou sa complexité , le titre n'augmente ni ne diminue en aucune manière la valeur de l' oeuvre.

Si vous avez visité l' ensemble du site , vous avez certainement constaté que certains titres de tableaux comportent le mot : clone . Ce terme doit être , en ce qui concerne mes titres de tableaux , situé totalement hors du débat qu'il suscite actuellement . Dans ce domaine précis - l' utilisation du terme : clone - mon intention est de suggérer que cette Terre , minuscule point dans l' univers , abrite cette multitude d' êtres dont on ne perçoit point les différences dans l' immensité de l' espace . Mais à notre échelle , celle de cet intermédiaire entre " l' infiniment grand " et " l' infiniment petit " , nous apparaît l' unicité absolue de chaque être vivant donc sa différence par rapport à tous les autres . Et comme St-EXUPERY, je dis : " Mon frère , ta différence m' enrichit " . Dans tous les cas le titre n' explique pas l' oeuvre . "

artistOrama " Vous accordez une grande importance à la symbolique ... vos oeuvres regorgent en effet d' éléments qui ont une signification bien précise à travers la symbolique de l' objet : arbre, chemin, main, clé, chaise, cheval, balance, pendule, oeil, horloge, cube, cube ailé, sphère, sphère ailée, pyramide ..... Ces éléments livrent-ils une lecture supplémentaire, qui permet par exemple d' accéder à un niveau supérieur ou différent de l' oeuvre ? "

Layachi Hamidouche

" Ces éléments pris un à un ont une signification symbolique évidente , mais l' acte créatif est une tentative d' extraction de formes nouvelles à partir du magma que constituent toutes les perceptions , toutes les informations , tous les évènements dont les traces se sont incrustées d' une manière plus ou moins profonde dans les champs de notre conscience . Cette extraction n' est pas une simple restitution de ces éléments stockés mais leur combinaison inattendue et mystérieuse que la logique ne peut expliquer .

D' où la présence d' objets et de personnages dans des situations et des environnements que la raison a beaucoup de peine à accepter , imposant ainsi une dimension symbolique aux élements qui étaient "séquestrés par la logique et les puissances tyraniques du monde extérieur" (A. BRETON). Le peintre qui détruit puis reconstruit le réel bouscule l' organisation mentale du monde de celui qui regarde son oeuvre , et l' invite à procéder à sa réorganisation . Son art est perçu uniquement par l' oeil , cependant il est en quête de quelque chose d'indéfinissable mais d' essentiel , de cet essentiel que St-Exupéry qualifie " d' invisible aux yeux ".

Une oeuvre forte provoque chez le spectateur un déplacement du système de repérage par rapport auquel ses émotions , ses perceptions ont une position précise , et , le force à les situer d' une manière entièrement nouvelle qui entraîne , dans certains cas , soit un sentiment de satisfaction et d'admiration , soit un sentiment de gêne et d' irritation . A la question de la lecture de l' oeuvre se rattache la question de son jugement ( Excusez-moi de déborder un peu du cadre de la question ) . Le spectateur , dans une situation de jugement essaie de situer , de déterminer les coordonnées de l' objet à juger dans un repère à plusieurs dimensions , comme le physicien détermine les coordonnées d' un objet dans l' espace par rapport à un repère à trois dimensions .

Pour le physicien les coordonnées de l' objet ne seront pas les mêmes si on change de repère . Il en est de même dans le domaine esthétique , car ces dimensions dépendent de la culture , de la sensibilité , de tous les évènements qui ont jalonné la vie de celui qui juge et de beaucoup d' autres éléments . Si bien  qu'on peut affirmer , sans grand risque de se tromper ,que deux personnes ne "ressentent " pas de la même manière une même oeuvre , et donc ne peuvent pas donner un jugement identique . Notre perception est soumise à des modifications liées à plusieurs facteurs dépendants de notre comportement et de notre conditionnement culturel . Ainsi donc , un objet dont la valeur et la signification sont des données invariables sera perçu de plusieurs manières . La question alors est : Quelle est , dans cette multitude de possibilités , la perception qui coïncide avec la réalité ? Il n'est pas facile d' y répondre . Que dire de nos connaissances , de notre savoir accumulé tout au long des différentes étapes de notre vie par l' intermédiaire de notre perception des choses ? Qu'est-ce qui est vrai ? Qu'est-ce qui est faux ? " Le jugement de goût n' est pas logique " disait KANT , "Son principe déterminant ne peut être que subjectif "

artistOrama " La lumière et la matière tiennent une place importante dans la réalisation de vos oeuvres. Peignez-vous exclusivement à l' huile ? Avez-vous recours aux glacis tradionnels ? Utilisez-vous des gels où sont inclus des éléments comme le sable, la craie ou autres matériaux de structure ? "

Layachi Hamidouche

" Les premières oeuvres sont exécutées exclusivement à l'huile . Puis , progressivement , l' association des deux techniques - huile et acrylique - m' a permis une rapidité d'exécution et la réalisation d' effets que ne permet pas l' utilisation de l' une ou l'autre de ces deux techniques séparément . Les empâtements sont obtenus en incorporant des gels et des enduits en poudre à la pâte . Les glacis traditionnels à l' huile et parfois à l'acrylique sont la dernière étape du travail . Il est évident que je ne vous apprend rien en vous disant tout cela . Les possibilités que permettent l' huile et l' acrylique sont pratiquement infinies . Ceci étant admis , se pose la question de savoir si les peintres des siècles et des millénaires à venir procèderont de la sorte . L' art contemporain emprunte déjà des chemins jusqu' alors inexplorés . Nous disions , précédemment , que la démarche créatrice se confond toujours avec la liberté , alors , il ne tient qu' au peintre de lutter contre son appréhension stéréotypée des évènements et des choses que nous impose la rigidité souveraine de l' habitude et qui est le comportement non créatif par excellence . "

 artistOrama " Sur votre site internet, les visiteurs peuvent admirer, en plus de vos oeuvres, des réalisations numériques... Quels avantages tirez-vous de cette nouvelle forme d' art et d' expression qu' est l' infographie ? Accordez-vous la même importance à vos oeuvres peintes et informatiques ? "

Layachi Hamidouche

" L' exécution d' une oeuvre sur ordinareur est un art à part entière . L' ordinateur est au peintre ce que l'instrument de musique est au musicien . Est-il suffisant de disposer de cet instrument pour pouvoir créer de la bonne musique ? La pratique de l' instrument , sa maîtrise , de longues années de travail sont nécessaires mais , souvent , pas suffisantes . Il en est de même pour l' infographiste-peintre : La qualité de l' oeuvre dépend de la maîtrise de l' outil informatique et des logiciels de création graphique.

Cette maîtrise étant acquise , il est possible d' exécuter tous les effets qu' offrent les différentes techniques de peinture. Les formes , les couleurs ," les glacis" , les tranparences , les dégradés , les volumes , les ombres peuvent être traités suivant un style propre . De même la spontanéité chère à tant de créateurs n'est pas sacrifiée . Parallèlement à cela , les supports propres à l' oeuvre numérique permettent de compléter l' exécution en procédant , par exemple , à des glacis ou des empâtements.

Il est probable que l' amélioration de la qualité des matériaux actuels autorisera la réalisation d' oeuvres numériques dont la solidité et la longévité égaleront , peut-être , celles des peintures à l'h uile classiques ." les arts numériques sont probablement une nouvelle forme d' art qui occupera de plus en plus de place dans le domaine de la création artistique . En vérité nous vivons une véritable révolution dans le domaine de l' art . Que sera l' art de l'hyper-avenir ? Quel regard porteront les civilisations des siècles et des millénaires à venir sur l' art d' aujourd'hui ?  "

 

Propos recueillis par Eric Vançon - artistOrama © JANVIER 2003

_____________________________________________________

.fr/hlayachi

" Une oeuvre d'art est une entaille dans le tronc éternel du temps . Reconnue , admirée , ou , rejetée , méprisée , trace persistante ou éphémère dans le long chemin de l'humanité , tel un maillon d'une interminable chaîne , elle contribuera à enrichir cet édifice encore inachevé que construisent les hommes depuis que , il y a trente mille ans , ils ont gravé sur les parois de leurs cavernes les premiers dessins de leur histoire , accomplissant ainsi le premier acte qui les a différencié des bêtes .
Au terme de cette quête millénaire d' une réponse à la grande énigme de l' univers et au bout de la succession des civilisations , les hommes , peut-être , grâce à l' art , comprendront que rien ne peut justifier la mort d'un seul homme et ancreront définitivement au passé leurs violences , leurs intolérences et leurs égoismes. "      Layachi   HAMIDOUCHE

 

 




Artworks Styles : Contempory - Surealism - Symbolism - Visionary
Artworks Topics : Contempory - Surealism - Symbolism



You don't have flash installed.
EMAIL- EMAIL- EMAIL- EMAIL- EMAIL- * A
File Attachment Icon
T.jpg